vendredi 29 août 2008

Les Cols en vélo couché

Beaucoup de personnes que j'ai croisé, s'interrogent sur la difficulté à gravir des cols!!!

Je peux vous confier mes premières impressions. Ces commentaires seront bien entendu complété par mes nouveaux essais avec un vélo plus cblé route.

Le vélo que j'ai utilisé, est un vélo de la gamme OPTIMA de type ORCA. Ce vélo, assez lourd (autour de 15 Kgs), est plutôt utilisé par des randonneurs, tout comme le modèle CONDOR plus réputé mais avec un guidon sous le siège. Il est équipé d'un triple plateau (48/36/26) et d'une cassette 9 vitesses avec un départ à 11 dents. Les roues ont un diamètre de 559 avec des pneus de 25, SCHWABLE Stelvio route. Les freins sont des V-Brake type VTT. La transmission est de type SHIMANO Deore, les changements de vitesses se font par des manettes tournantes( GripShift). Un équipement de base mais robuste.

Les premières côtes que j'ai gravies, m'ont quelque peu dérouté: la position pied devant mais surtout l'impossibilité de tirer sur le cintre faute de quoi on zigzague. Seules les cuisses travaillent. Je n'avais pas de pédales automatiques et la poussée importante à produire provoquait une brûlure intense au niveau du quadriceps!!!! Par contre le rythme cardiaque restait bien en de ça de ma fréquence pour un effort similaire. Le point fort est la récupération une fois l'obstacle vaincu: les cuisses se décontractent et la descente réparatrice opère ses bienfaits. Vous montez avec une vitesse moindre par contre les descentes sont très rapides!!!!!.

Ces essais effectués sur des côtes de 5 à 800 mètres avec des poucentages de 5 à 7%.

La principale modification que j'ai faite est d'avoir mis des pédales automatiques LOOK: pour ce type de vélo l'idéal est le standard SPD de SHIMANO, car la cale look ne permet pas la marche et la pose du pied par terre, à l'arrêt, peu occasioner une glissade du pied, compte tenu de la position allongée, genou fléchi.

La différence de stabilité est importante: les pieds ne glissent plus sur les pédales, lors du pédalage ou lors d'un passage sur un revêtement de mauvaise qualité. La sensation de sécurité est immédiate, le changement de direction se fait mieux. Autre point important, vous poussez toujours sur les pédales, mais vous sollicitez également la traction: les quadriceps s'en trouvent d'autant plus soulagé que la pente s'accentue!!!.

Convaincu de mes progrès, je me suis attaqué à mon premier col!!!! Petit col puisqu'il s'agit du Col de St Ignace, au pied de la Rhune et à proximité de St Jean-De-Luz. Ce petit Col, 3,8kms, peut se gravir par trois côtés. J'ai testé les côtés les plus faciles, versant SARE, compte tenu de la circulation sur le versant le plus raide au départ d'ASCAIN, qui constitue l'accès le plus direct au sommet depuis St Jean. Je suis resté 9 jours sur St Jean et j'ai effectué tous les jours ce circuit d'un peu plus de 35 kms avec des ascensions successives des deux itinéraires de montées.

Evidemment avec l'entraînement la sensation de difficulté s'est atténuée sur le milieu du séjour mais la répétition des efforts, les marches prolongées le restant de la journée et les baignades sont venues ajouter de la fatigue sur la fin du séjour. Cet entraînement progressif est en tout cas super pour moi!!!.

Les ascensions se sont bien passée mais la vitesse maxi est restée en de ça ce celle que j'avais avec mon CYFAC Carbone: le poids et les qualité premières du vélo droit pour les ascensions sont indéniables. Néanmoins, j'ai pu constaté des progrès et une appréhension moindre à l'approche des montées dans les petits raidars d'approche. Je pense qu'avec un vélo couché plus léger avec des roues en 650 et un compact 50x34 seront mieux adapté à cet type de circuit. Il me tarde dons d'avoir mon nouveau vélo OPTIMA COUGAR, pour me retester dans ces petits cols. Le confort est un point très important car je n'ai eu aucune courbature, ce qui facilite la récupération: un point à ne pas négliger sur des ascensions plus longues. Je ne manquerai pas de me retester sur des cols plus longs de la région avant pourquoi pas, de gravir comme au bon vieux temps les grands cols pyrénéens!!!

Que vous dire du régal, du pied intégral de la descente: pas de contracture sur les épaules, plus de douleurs au cervicales!!!!!Une vitesse de descente augmentée (60 kms/h sans pédaler, 70 avec un peu de pente et des pointes à 80 sans appréhension!!). Les virages s'enchaînent avec une stabilité incroyable: pas de vibration due au freinage, pas de guidonnage etc....Le vélo couché, c'est une moto dans les descentes: l'angle dans les virages et les sensations de glisse sont décuplés. Bref, on se "grise" facilement et on prend de l'assurance: la confiance dans la machine est totale.

Voilà pour ce grand test!!!!

A bientôt pour d'autres commentaires



video

Aucun commentaire: